tadou

Décentralisation : des fondements à valoriser et préserver – Lettre ouverte de la présidente de la TCFJRQ

7 novembre 2014 Communiqués, Diffusions

Le gouvernement du Québec propose ces jours-­ci de brasser les cartes de la décentralisation et de l’intervention gouvernementale en région. Les forums jeunesse, organismes de développement régional par et pour les jeunes, craignent d’assister dans les prochaines années à un affaiblissement du dynamisme régional et rappellent que, face à des modifications importantes des structures régionales, il importe de définir quelles sont les valeurs fondamentales qu’il faut conserver et valoriser, quelles sont les fondations qu’il ne faudrait pas affaiblir.

Assurer l’occupation et la vitalité des territoires

La décentralisation doit permettre à des citoyens et des citoyennes de partout au Québec de pouvoir participer aux prises de décisions qui les concernent. Les structures décentralisées servent aussi à adapter les mesures aux besoins réels des populations locales et à les rendre plus efficaces et efficientes. Assurer l’occupation et la vitalité des territoires est un effort constant qui passe plus souvent qu’autrement par de l’innovation, de l’écoute et du travail à long terme. L’intervention gouvernementale en matière de développement régional doit laisser aux acteurs la marge de manoeuvre nécessaire et des ressources suffisantes pour choisir les moyens pour atteindre leurs objectifs.

Dans les dernières années, les municipalités et MRC ont oeuvré de concert avec la société civile pour développer et améliorer leur région, conscientes que certains enjeux dépassent leurs frontières respectives et que ces collaborations amènent une plus grande force et de plus grands impacts. Ce palier régional en était un de compromis, qui amenait chacune des parties à construire sur ce qui les unissait et non sur ce qui les divisait. On y discutait ferme, on y construisait aussi des projets structurants et ce faisant, on renforçait une appartenance régionale.

Il faudra nécessairement reconstruire non seulement une concertation entre les MRC d’une même région, mais également un véhicule pour mener des projets communs. Ces choses ne se produiront pas d’elles-­‐mêmes : ce sera un travail essentiel pour le dynamisme des régions qui demandera temps, moyens et expertise.

Assurer aux jeunes une prise sur les décisions qui les concernent

Le Québec a besoin de jeunes qui font le choix d’entreprendre, de fonder une famille ou de s’installer en région. Pour qu’ils le fassent, ils doivent avoir confiance en l’avenir et la certitude que les règles du jeu ne les défavoriseront pas. Il faut donc porter une attention particulière à l’impact de toute réforme sur leurs réalités particulières.

Le retrait de la société civile des délibérations et de la prise de décision dans les domaines de la décentralisation est un élément de risque pour l’avenir. Quoique la légitimité politique conférée par les élections au suffrage universel n’appartienne qu’aux élus (provinciaux ou municipaux – puisqu’il importe de dire qu’à l’exception de 14 préfets, aucun élu québécois n’est choisi pour gouverner à l’échelle d’une MRC ou d’une région administrative), le milieu de la société civile compose la relève politique et porte une voix et une expertise extrêmement riche.

Les organismes du milieu sont souvent plus représentatifs, dans leur gouvernance, de la diversité des groupes générationnels, en plus d’être plus près de la parité homme-­‐femme. En ayant leur place au sein des lieux de prise de décision, ces groupes favorisent les avancées en matière de représentativité démocratique et de saine gouvernance.

Je soumets donc au gouvernement deux des questions qui habitent à l’heure actuelle plusieurs jeunes du Québec : comment poursuivrons-­‐nous ce travail visant à faire de tout le Québec, territoire immense, un milieu riche et propice à l’épanouissement de tous ? Comment permettrons-­‐nous aux jeunes de tous les milieux de prendre leur place et leur envol dans cette société québécoise ?

– 30 –

Téléchargez la version PDF

Renseignements :
Élise Ariane Cabirol
Présidente de la TCFJRQ
418-647-9112
www.forumsjeunesse.qc.ca